DÉLICIEUX SUREAU

Le sureau est l’une des espèces de fruits sauvages les plus importantes. Les baies sont utilisées pour faire de délicieux jus et gelées.

Les meilleurs d’entre eux sont les bien mûrs et les noirs.

Si vous voulez utiliser des fleurs et surtout des baies de sureau, vous ne devez pas prendre de sureau des champs sauvages, des forêts et des prés. Dans ces conditions, les cultivars tels que le « Haschberg »; ont la priorité absolue.

Ces arbustes ont des tiges de fleurs et de fruits plus étendues avec des baies plus grosses qui surplombent légèrement, comme ça les oiseaux ne peuvent pas les voler. Les caractéristiques des bonnes variétés sont également des tiges de fruits rougeâtres et que toutes les baies d’un tige mûrissent en même temps, pas l’une après l’autre comme souvent observé dans les buissons de sureau sauvage.

Si le sureau sert réellement de fournisseur de fruits, il peut être comparé avec un pommier. Les conditions préalables à un rendement élevé sont une position complètement libre, ensoleillée et un sol moyennement lourd, riche en nutriments, profond et humide. Les spécimens bien portants doivent être fertilisés régulièrement pour qu’ils restent à la dérive, qu’ils développent de jeunes bois encore et encore, qu’ils fleurissent bien et produisent des fruits.

Les formes de tiges préférés sont le buisson et les troncs en quarts, ce qui simplifie les mesures d’entretien et la récolte. Sureau en tant que fournisseur de fruits doit être coupé. Principalement on doit éliminer le bois faible et des pousses plus vieilles et usées.

Le but est une structure de support solide aussi proche du tronc, car elle forme les branches porteuses. S’il faut reprendre des branches les plus âgées, on raccourcit jusqu’aux jeunes pousses près de la tige ou jusqu’aux bourgeons inférieurs dans la partie inférieure, pas trop près des bourgeons. Un tronc de quartier coupé correctement a maximum 20 -22pousses droites, et fortes de l’année précédente, sur les poussses latérales desquelles se développent les ombelles terminales. Ceux-ci se développent si près du sol, que les fleurs et les fruits peuvent être récoltés facilement, éventuellement avec une petite échelle.

Les produits à base de sureau sont de nouveau actuels, probablement à la suite de l’indication intensive comment on peut utiliser les fruits sauvages. Ceci est facile avec le sureau, dont il suffit de se mettre en mémoire. On peut faire du jus, de la gelée, des soupes, du vin ou du liqueur des baies de sureau. Etant donné que le jus colore fortement, on peut bien l’utiliser pour colorer les aliments.

Les baies sont récoltées lorsque le plus grand nombre possible d’une ombelle sont devenues foncées. À ce point, l’avertissement que les baies de sureau crues sont indigestes. Comme toutes les parties vertes de la plante, elles contiennent du glycoside de sambunigrine, qui libère du cyanure d’hydrogène toxique. En chauffant, la toxine est déstruite, rendue inefficace.

Ilse Jaehner

 

 

 

Nos partenaires