Les poiriers doivent être choyés

Le climat viticole serait le meilleur. Les poiriers veulent être gâtés et pas trop peu. On ne peut pas les mettre au même niveau que les pommiers.

Cela est lié à leur origine dans les pays chauds. Les Grecs et les Romains connaissaient les poires et appréciaient les variétés cultivées, qui sont ensuite arrivées en Allemagne avec les Romains, mais leur culture ici n’était nullement comparable à celle des pommes.

Les Romains savaient très bien où, de l’autre côté des Alpes, en Europe, il y avait des conditions environnementales qui nécessitaient des humains, des animaux et des plantes. Ils ont rapidement découvert que c’était le cas dans le sud de la France. Il y avait des vignes qui poussaient magnifiquement et des poiriers aussi. Mais les bonnes choses peuvent certainement s’améliorer, dans les plantes avec une sélection appropriée. Elle est arrivée en France avec des poires du XVIIe siècle. siècle. . . . en cours. Au XVIIIe siècle. et 19. siècle. Les Belges ont repris l’entreprise. Pratiquement toutes les belles poires de table proviennent de cette période, qui sont si incomparablement douces et ont un goût de soleil, de lumière et de douceur, presque sans gelée en hiver.

Il faut en tenir compte lorsque l’on envisage de planter un poirier et que l’on choisit une variété. Si elle doit être une poire de table noble, on vérifie s’il y a un climat presque viticole, en plus d’un sol profond, chaud et riche en nutriments. Si ce n’est pas le cas et que vous plantez quand même, l’arbre n’échoue pas complètement, mais vous pouvez goûter ses fruits que ce qu’il trouve sur place ne suffit pas. Rien de sucré et de fondant, mais du dur et du navet. La déception est grande. La référence explicite au climat viticole n’exclut pas la culture du poirier dans le climat habituel ici. Il suffit de choisir les bonnes variétés et de faire quelques concessions en termes de sucrosité juteuse et autres.

Il existe suffisamment de variétés qui sont moins exigeantes et dont les fruits ont bon goût lorsqu’ils sont cultivés dans un endroit approprié et soigneusement entretenus. Il s’agit principalement de variétés précoces qui mûrissent à temps et sont prêtes à être cueillies à la mi-septembre, comme la "Köstliche aus Charneu »;, la "Frühe aus Trevoux »;, la "Gellerts Butterbirne »;, la "Stuttgarter Geißhirtle »;, la "Gute Graue »;, sans oublier les variétés locales qui ont fait leurs preuves dans certaines régions et qu’il convient de garder à l’esprit. Aujourd’hui, les principales formes d’arbres plantés sont des buissons ou des fusains sur porte-greffe de cognassier, éventuellement avec un greffage intermédiaire si la variété concernée est incompatible avec le cognassier.

Ilse Jaehner

Nos partenaires