CTF Gasperich « Joseph Moris 2 »

Publié il y a 1 an

 

Véritable trait d’union entre Gasperich et le nouveau quartier Cloche d’or, la cité jardinière Gaart an Heem Gaasperech, à l’image de la Ville de Luxembourg, regroupe une communauté cosmopolite d’une centaine de membres représentant plus de quinze nationalités et se partageant une soixantaine de jardins.

A deux pas des habitations, les jardins longent le nouveau parc de Gasperich et la rivière Drosbach et offrent un abri salvateur à de nombreux animaux (notamment des écureuils, des hérissons, des taupes et plusieurs espèces d’oiseaux).

Chaque jardinier cultive sur son terrain des fruits et légumes, entretient quelques arbres fruitiers et expérimente différentes méthodes de culture (allant du labour conventionnel à la permaculture, en passant par le maraîchage sur sol vivant, les buttes de culture ou encore le paillage).

Autant d’explorations qui se font toujours dans le respect de la nature, de ses cycles et de la biodiversité.

Quelques ruches d’abeilles sont d’ailleurs utilisées pour la pollinisation des fleurs, ainsi qu’une petite production de miel.

Enfin, l’association cherche à s’ouvrir au plus grand nombre et offre notamment la possibilité à ses membres de louer son chalet pour une journée ou un week-end afin de profiter de ce joli cadre en famille ou entre amis.

Véritable trait d’union entre Gasperich et le nouveau quartier Cloche d’or, la cité jardinière Gaart an Heem Gaasperech, à l’image de la Ville de Luxembourg, regroupe une communauté cosmopolite d’une centaine de membres représentant plus de quinze nationalités et se partageant une soixantaine de jardins.

A deux pas des habitations, les jardins longent le nouveau parc de Gasperich et la rivière Drosbach et offrent un abri salvateur à de nombreux animaux (notamment des écureuils, des hérissons, des taupes et plusieurs espèces d’oiseaux).

Chaque jardinier cultive sur son terrain des fruits et légumes, entretient quelques arbres fruitiers et expérimente différentes méthodes de culture (allant du labour conventionnel à la permaculture, en passant par le maraîchage sur sol vivant, les buttes de culture ou encore le paillage).

Autant d’explorations qui se font toujours dans le respect de la nature, de ses cycles et de la biodiversité.

Quelques ruches d’abeilles sont d’ailleurs utilisées pour la pollinisation des fleurs, ainsi qu’une petite production de miel.

Enfin, l’association cherche à s’ouvrir au plus grand nombre et offre notamment la possibilité à ses membres de louer son chalet pour une journée ou un week-end afin de profiter de ce joli cadre en famille ou entre amis.

 

Nos partenaires