Blummeconcours 2022 zu Dikrich

Och dëst Jor hat de Gaart an Heem Dikrich rëm an Zesummenaarbecht mat der Gemeng, dem Syndicat d’Initiative an der Union Commerciale e Concours lancéiert fir déi schéinste Virgäertercher Blummefassaden ze priméieren.
Den 10 Oktober war d’Preisiwerreechung  am Festsall vun der Grondschoul. Als Präisser goufe Akafsbongen iwwerreecht. Déi 4 Éischt kruten Bonge vun 150, 100 a 50 EURO. All déi Aner kruten als Troustpreis e Bong vu 25.- EURO. Jiddereen krut och nach d’Brochure “Der Boden lebt”.

Hei déi 4 Éischt: Carlo Baum, Marguerite Bierchen-Schmit, Romain Dillmann, Famille Pierre Bastendorff-Haentges.

«Gaart an Heem» Hesperangela section a pu compter sur les présences aussi bien du Réaménagement bien réussi des jardins communautaires

Après 3 années de réaménagement complet de des parcelles de jardins et de rénovation du chalet, les travaux ont pu être clôturés par une fête le 2 juillet passé. Il faisait très beau et la section et son président ont pu se réjouir de la présence du bourgmestre Marc Lies et de représentants du Conseil échevinal et communal  ainsi que de la  présidente de la Ligue CTF, madame Martine Mergen.

 

Dans son allocution de bienvenue le président local, Monsieur Roland Tex, a expliqué la création et le développement de ce vaste projet. La pandémie ainsi que les inondations de l’année passée étaient les causes de la longue durée des travaux.

 

Il remercia de tout cœur la commune et ses services pour leur soutien sans lequel ce projet n‘aurait pu ‚etre réalisé. Les conseils et l’aide du garde forestier étaient indispensables, puisque les jardins sont situés en zone verte. En outre il a remercié le CIGL Hesperange, qui avait contribué au bon succès de cette entreprise. En fin de compte des remerciements ont été adressés aux membres extrêmement motivés du comité et de sa section CTF.

 

Dans son discours le bourgmestre Marc Lies loua la section pour la réalisation du projet, tout en promettant le soutien continu de sa commune. Le nombre de citoyens demandeurs d’un bout de jardin allant croissant,  ils ont ici la possibilité de vivre leur passion.

 

La présidente du CTF Martine Mergen exprima son admiration pour le réaménagement réussi et félicita la section pour son engagement dynamique lors de l’appui d’une horticulture biologique et durable.

 

Après les discours officiels, les invités et les jardiniers ont passé ensemble quelques heures agréables en pleine nature.

 

Sans pesticides, pour plus de biodiversité

Il est important d’éviter des pesticides, non seulement dans les espaces publics, mais aussi dans les propriétés privées, dans le but de préserver la biodiversité et de protéger notre propre santé.

Il y a longtemps que les communes ont arrêté l’utilisation de produits agrochimies dans le maintien des aires publiques, car la loi de 2016 l’interdit aussi. La conservation de la biodiversité et la santé des citoyens sont au coeur de ces efforts.

Les citoyens sont aussi affectés, dans leurs vies privées, par ce problème. À chaque année plusieurs kilos de pesticides sont vendus et utilisés dans les jardins privés.

Plusieurs tonnes de pesticides sont aussi utilisés par les entreprises de jardinage et paysagistes, afin de créer et maintenir les jardins de leurs clients.

Ces quantités ont un grand impact sur l’environnement et la biodiversité, même si les gens n’en estiment pas autant.

Étant donné que les jardins privés peuvent servir de refuge pour les papillons, abeilles, insectes, oiseaux et d’autres animaux, l’usage des poisons dans ces locaux leur transforment en endroits hostiles à la vie.

Nous pourrions encore parler des fleurs des plate-bandes et des balcons, plantées annuellement. Les pesticides toxiques utilisés dans la production restent encore dans la plante, jusqu’à sa floraison dans les jardins ou les pots. Les insectes pollinisateurs ingèrent les toxines et le pollen en même temps et meurent par cette cause.

Il y a des fleurs qui ont été cultivées sans produits agrochimies. Une liste de producteurs peut être trouvée dans notre site unipestiziden.lu. De plus, les plantes sont produites à échelle régionale, étant ceci un avantage au niveau de la viabilité.

Un autre élément de promotion de la biodiversité c’est les prairies de fleurs des champs, contenant des espèces natives.

Il n’y a pas que les aires communautaires, plus grandes, qui sont importantes. Tout le monde peut en contribuer, dans leurs jardins privés et on peut beaucoup obtenir avec un petit espace.

Un pré de fleurs des champs est très facile de maintenir, car on a simplement besoin d’en couper deux fois par an.

Nous remarquons, de plus en plus, des jardins privés qui sont transformés en aires de gravier. Malheureusement, c’est une catastrophe pour la biodiversité.

Les propriétaires estiment que cela peut signifier un “maintien facile” mais si toutes les feuilles qui tombent ne sont pas enlevés, l’humus peut être formé au milieu du gravier.

Après deux à trois ans, les premières herbes sauvages apparaîtront et développeront des racines qui peuvent aller tout près des graines. Les fortes racines du pissenlit et du chardon pénètrent profondément et ce sera très difficile de les enlever.

Pour des situations pareilles, la seule chose qui reste à faire c’est d’utiliser l’herbicide mortel pour maintenir l’endroit libre de végétation.

Plus d’informations dans notre site www.ounipestiziden.lu

Plus d’info:

www.ounipestiziden.lu 

 

Blummekinnigin Claire an hier Prinzessinnen On Tour am Summer 22

Den Optakt war um Meechtemer Wäifest, duerno gouf en Tour iwwert Schouberfouer gemach um Kinniginnendag. Durno stoung Drauwen a Wäifest zu Maacher virun der Dier, wou sie un der Kréinung an um Cortège deel geholl hunn. Den Ofschloss war op der Musel op dem Riesling Open.

Wäifest Meechtem 21.8.22

Schueberfouer 2022

Drauwefest Grevenmacher

Riesling Open

 

 

Nos partenaires